Accueil

Lire une liseuse

19 mars 2016 E-Books, Liseuses

Je n’ai pas été très actif sur ce blog ces derniers temps.

Bon d’accord. Ce blog est à l’abandon depuis euh… 2 années maintenant.

Mais de l’eau a coulé depuis, pleins de bonnes choses se sont passées. J’y reviendrais peut-être dans plusieurs autres articles si j’ai la motivation. Je pense que vous l’aurez compris : j’aime écrire mais vraiment pas souvent. Durant ces deux dernières années j’ai eu pleiiins d’idées d’articles, puis finalement : la flemme. Bref, classique.

Là sur un coup de tête j’ai décidé de vous pondre un article sur les E-Books et les liseuses électroniques, eh ouais. Je vais partager avec vous ma réticence passée envers ces choses, puis mon enthousiasme soudain suite à l’achat d’une de celles-ci.

Dafuq ?

Virtualize all the things

Vous savez pas ce que c’est, un E-Book ou une liseuse électronique ? TL;DR :

  • E-Book : également appelé livre numérique ou virtuel : un ensemble de formats de fichier optimisés pour la lecture de livres sur différents appareils électroniques. Certains éditeurs imposent un DRM, une protection qui vous empêche de copier votre livre sur un autre support ;
  • Liseuse : un appareil spécialement conçu pour lire ces bouquins électroniques. Ils peuvent gérer plus ou moins de formats, et posséder plus ou moins d’options.

J’y reviens en détails plus loin.

Avant

Ça fait 5 ans que j’achète des livres régulièrement. Pas que des mangas et des BDs hein : des livres, des vrais, avec pleins de texte dedans et qui vont de 250 à 600 pages. Durant cette période j’ai suivi de loin le développement des E-Books et des liseuses électroniques, mais je n’ai jamais été convaincu ni intéressé. Limite ça me repoussait. « Hein, lire des LIVRES sur une TABLETTE ? AHAHAHAHAH truc d’handicapé ça ». Un peu comme les personnes anti-technologies et qui refusent l’évolution (ça s’appelle le néo-luddisme, vous pourrez briller en société ce soir 😉 ).

Pendant ce temps ma bibliothèque se remplissait et puis fut venu le temps où elle devint pleine à craquer. J’ai entre-temps emménagé avec ma compagne, nous avons acheté une deuxième bibliothèque pour laisser respirer la première, mais j’ai tellement de livres que je mobilisais de toute façon 90% de l’ensemble de la place disponible (mais eh, elle mobilise bien 90% de l’espace dispo dans la salle de bain 😛 ). BREF. Les livres, ça prends de la place, et ceci est un fait.

J’ai découvert dans le même temps des personnes qui écrivaient des livres fort intéressants, mais qui étaient uniquement dispos au format numérique. J’avoue que ça m’embêtait, mais je les ai quand même achetés (Leanpub pour les curieux, j’y suis revenu dans un autre article).

Comme les liseuses étaient pour moi à l’époque à fuir comme une fosse sceptique, je lisais mes livres numériques sur mes ordis (fixe ou portable), et sur mon smartphone. Et vous savez quoi ? C’est super chiant pour un ensemble de raisons. Non-exhaustivement :

  • Sur un smartphone :
    • écran trop petit ;
    • batterie (très) limitée ;
    • à force de lire sur ce type d’écran ça fout en l’air vos yeux ;
    • sur certains smartphones il faut une app spécifique pour lire ces bouquins qui sont soit payantes, soit gratuites mais avec de la pub, ou soit mal foutues tout simplement (genre pas possible de créer des marques-page, pas de sommaire, ce genre de trucs) ;
  • Sur un ordi :
    • à force de lire sur ce type d’écran ça fout en l’air vos yeux ;
    • obligé de lire en plein écran, et si vous n’avez pas de dual screen vous jouerez constamment du ALT + Tab pour continuer à faire autre chose ;
    • comment lire ce bouquin quand vous êtes dans le tram ?

Je lisais mes bouquins sur mes ordis en version PDF, et sur mon smartphone Android (j’étais sur iPhone il n’y a pas si longtemps), je n’ai trouvé aucune application potable pour lire les versions ePub.

En parallèle de tout ça, je suis depuis plusieurs années une personne sur Twitter qui a rejoint une boîte qui a créé leur propre liseuse ainsi que leur solution de livres électroniques. Durant ce temps ça m’a de plus en plus intéressé, mais sans que je saute le pas. Je me suis donc un peu renseigné au fur et à mesure : comment ça fonctionnait, avec quoi, quels sont les autres modèles de liseuses dispo, etc… histoire d’avoir une vue la plus large possible de cette technologie.

Et bien dites vous qu’une liseuse, c’est pas du tout comme une tablette.

Vous vous rappelez de l’écran magique ? Et bien c’est le même principe, mais avec de l’électronique. Si vous êtes adeptes de schémas et d’explications poussées, je vous laisse avec ce lien qui vous explique les principes du papier électronique utilisé par les liseuses.

Le déclic

Lire mes vieux PDF sur mon ordi commençait vraiment à être emmerdant (j’ai depuis longtemps abandonné la lecture sur smartphone). Et puis bon, il faut bien évoluer un moment non ? C’est comme les mecs qui s’occupaient des télégrammes jadis, ils ont bien dû évoluer avec l’arrivée du téléphone. Et ça arrivera aussi pour les chauffeurs de taxi avec les VTC, La Poste avec les mails, etc… mais tout ça c’est un autre sujet.

Il y a quelques jours j’ai donc décidé que ça y est, je vais m’acheter une liseuse, à priori la TEA Touch Lux 3 suite à mes investigations très poussées sur cette dernière (CàD, lire quelques avis sur divers sites, avis très positifs soit dit en passant). Les rares avis négatifs étaient du genre « ★☆☆☆☆ Impossible à faire démarrer, à éviter » ou « ★☆☆☆☆ peu pa me connecté à la librairie » (sic). Ces gens là, je me demande bien comment ils font pour se débrouiller dans la vie de tous les jours. Bref, des avis dont je pouvais allègrement me passer. A ce moment j’hésite fortement avec la Kindle d’Amazon, mais je me suis vite rétracté.

Ensuite, je me suis posé des questions, du style « est-ce que cette liseuse me lie à une librairie virtuelle, et m’oblige donc à lire uniquement les bouquins que j’achète sur cette dernière, tel un boulet accroché à ma jambe ? ». Après avoir lu le descriptif  de cette liseuse, c’était le seul point qui ne me paraissant pas clair.

On me réponds que non.

Banco.

Après

J’ai été très surpris. Les liseuses, ça a été vraiment conçu que pour la lecture, et ça a été vraiment bien foutu.

Shut up and take my money

  • Une autonomie hallucinante qui va jusqu’à 1 mois (oui oui). Comment c’est possible ? Si vous n’avez pas lu le lien plus haut : c’est parce que la batterie est uniquement sollicitée lorsqu’il y a une modification d’affichage à faire (afficher un menu, changer de page, etc). Vous pourrez rester aussi longtemps que vous le souhaitez sur la même page, la batterie ne se déchargera pas ;
  • Un confort de lecture qui égale à 99% le papier. Sérieusement : on croirait lire une vraie page de papier ;
  • Le soleil tape sur l’écran ? Aucun soucis de reflet, la lecture n’en sera que plus agréable. C’est comme du papier j’vous dit, ça réfléchit la lumière ;
  • « Et si on est dans le noir ? » La plupart des liseuses sont équipée d’un rétro-éclairage. Ça c’est fait ;
  • La plupart des liseuses ont le Wifi. Vous pourrez donc chercher la définition d’un mot, synchroniser votre librairie virtuelle, acheter de nouveaux livres, avoir un firmware à jour (on sait jamais, les malware pour liseuses vont peut être sortir un jour), ce genre de truc. Par contre, vous pourrez pas faire des trucs fous comme jouer à des jeux, voir des vidéos (c’est pas une tablette hein), aller sur le web est possible mais vraiment pour dépanner ;
  • Vous pouvez rechercher dans tout le livre, faire des marques pages, surligner, apposer des notes, changer la taille et la police de caractères (vous avez toujours rêvé de lire Germinal en Comic Sans ? C’est possible). Le nombre de fois que ça m’est arrivé de me sentir con en faisant de ma main gauche un « Ctrl + F » lorsque je lisais un livre ;
  • Vous pouvez la brancher via USB et y mettre les E-Books que vous voulez. Enfin, sous réserve que les E-Books que vous avez en votre possession ne possède pas de DRM. Et attention : pas de drivers à installer : vous branchez et ça fonctionne ;
  • L’écran est tactile (évidemment), et de la taille d’un livre de poche. L’ensemble rentre donc forcément dans une poche de votre veste ;
  • Capacité d’au moins 3000 livres (et plus, car il y a une extension pour carte SD). Vos étagères vous dirons merci ;
  • Vous pouvez mettre à jour vos bouquins (chez certains éditeurs) pour profiter des corrections et nouveautés. Avec des vrais livres, il faut racheter une nouvelle édition ;
  • Le prix est franchement honnête d’après ce que j’ai pu voir (comptez une centaine d’euros pour une liseuse qui fait bien les choses et de bonne qualité, sachant qu’il en existe à plusieurs centaines d’euros).

Bien sûr, il n’y a pas que des avantages.

  • Vu qu’il s’agit d’un écran spécial et que les liseuses ne sont pas pourvus d’un CPU octo-core à 4,8 Ghz (ça sert juste à lire hein, on cherche pas à faire tourner le dernier des Battlefield), il y a un certain temps de latence entre le moment où vous tapez et le moment où il se passe quelque chose ;
  • L’écran affiche uniquement des nuances de gris (du fait de sa technologie) ;
  • La résolution de l’écran est largement suffisante pour lire des livres, mais ne vous attendez pas à une interface utilisateur ultra HD lissée et toute jolie ;
  • Évidemment, le plus gros des inconvénients : vous ne possédez plus physiquement vos livres, vous n’avez plus la satisfaction de l’avoir en main et de tourner les pages. Mais bon, on a rien sans rien hein !
Un livre sur une liseuse
Cliquez pour agrandir
Le menu principal de la liseuse
Cliquez pour agrandir

Je suis du coup très satisfait de cette TEA Touch Lux 3 pour ma première liseuse. Je vais également tester les librairies liées derrière tout ça (200 000 titres à la clé), car pour l’instant je n’ai dessus qu’une dizaine de livres que j’ai importés moi-même au format ePub. Par USB. C’est génial.